Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Radicalité et « dé-coïncidence » sur le Plateau de Millevaches

Acheter - 4 €

Sur le Plateau de Millevaches, la dé-coïncidence se découvre comme une radicalité au sens d’une capacité à opérer des transformations essentielles « à la racine ». Isabelle Frandon, professeure de philosophie et élue locale, explore les ressources de la pensée de François Jullien pour enquêter sur ce que signifie « fissurer » au Plateau. Fissurer correspond alors à un geste démocratique consistant à lézarder le mur coïncidant des préjugés, à débloquer des situations figées, quitte à ne pas pouvoir projeter où cela mènera, mais en remettant en chantier la situation bloquée. Et puis, l’on apprend que dans un village de 150 habitants, le « minuscule » vaut plus qu’il n’est considéré et qu’à la marge, dans la marge, il est possible de reprendre une initiative.

Le Plateau de Millevaches, appartenant actuellement à la Région Nouvelle Aquitaine, s’étend sur trois départements que sont le nord-est de la Corrèze, le quart sud de la Creuse et l’extrême sud-est de la Haute-Vienne. Il s’agit d’un terroir de moins de douze habitants au kilomètre carré et qui fait l’objet depuis une trentaine d’années de toutes sortes de transformations, certaines dites radicales qui sont sur-médiatiquement relayées, réduisant la pluralité hétérogène des habitants du Plateau à une seule voix, d’autres qui prennent appui sur le temps long pour opérer ce que François Jullien nomme des « transformations silencieuses » qui, au gré de multiples « écarts » avec des situations établies depuis fort longtemps, ont modifié en profondeur la façon d’habiter et d’exploiter les ressources de cette région, substituant à la notion de…